CITOYEN OU CONSOMMATEUR ?

Crédit photo : Dalila Assefsaf

C’est lors d’une discussion matinale avec un voisin que j’ai entendu pour la première fois cette singulière réflexion: “avant, nous étions des citoyens. Aujourd’hui, nous sommes des consommateurs”

En entendant cette phrase, j’ai arrêté de parler. Tout net.

J’ai grandi en France alors le refrain de la Marseillaise m’a aussitôt traversé l’esprit : aux armes citoyens ! Formez vos bataillons !  …

L’hymne national français est un chant patriotique de la Révolution française, une exhortation au combat contre la tyrannie, écrite en 1792. Oh, je sais ! La période dont je parle a été extrêmement sanguinaire. L’Homme s’y est en effet battu très fort pour devenir un citoyen libre et fier.

Qu’est-il arrivé à son descendant ? D’où lui vient cette soudaine léthargie ? On dirait qu’il ne croit plus en rien, qu’il se laisse surexploiter sans réagir.

Le monde moderne a connu son lot de guerres. D’horreurs. D’atrocités. Est-ce parce qu’il en a trop vu que le citoyen s’est ainsi résigné ? Admettons ! Cela n’explique toutefois pas ses habitudes de consommation excessive. Que s’est-il passé ?

La vérité, c’est que nous avons perdu tout sens du discernement. Je vais m’expliquer avec un exemple très simple. Il y a quelques décennies, la solidité des bas en nylon était telle que les Américaines offrirent les leurs à l’armée pour fabriquer des parachutes pendant la Seconde Guerre mondiale. Malheureusement, la trop bonne qualité du produit a fait que les clientes n’en achetaient pas assez ; en effet, les femmes pouvaient conserver leurs bas plusieurs mois sans même les filer. La compagnie de Dupont Nemours décida alors de réviser sa formule, afin de rendre le produit plus fragile, et d’en augmenter les ventes *. J’ai choisi cet exemple parmi des centaines d’autres.

Désormais le concept de désuétude planifiée est non seulement intégré dans tout ce que le malheureux citoyen achète-jette-rachete dans un cycle sans fin, mais il est du même coup devenu la base de toute l’économie de consommation moderne, faisant du consommateur le jouet de sa propre convoitise. Une convoitise alimentée par le marketing omniprésent.

Endetté, surendetté, trop préoccupé pour penser, le consommateur ne réalise même plus à quel point il se fait berner. Au pire, la prochaine fois, il achètera une garantie prolongée. “Commençons par payer les mensualités pour l’article qui est brisé ! Ça va, les intérêts ne sont pas trop élevés. Du coup, on va pouvoir réemprunter pour le remplacer.”

Je me demande ce qu’il faudra comme choc à notre société pour se désenvoûter. 

Et je remercie mon voisin de m’avoir réveillée.

Atlantide

Obsolescence programmée / bas nylon Nemours

2 réflexions au sujet de « CITOYEN OU CONSOMMATEUR ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *