LE RÔLE DU PARENT

Crédit photo : Dalila Assefsaf

   Être parent aujourd’hui, qu’est-ce que cela signifie? Au delà d’avoir mis au monde, au delà d’avoir bercé nos enfants quand ils étaient nourrissons, au delà de leur avoir chanté des berceuses, de les avoir nourris, de les avoir réconfortés, cela signifie les accompagner. Marcher à côté d’eux puis, pas à pas, leur lâcher la main pour qu’ils se fassent confiance, pour qu’ils apprennent à continuer  seuls. Enfin, doucement se retirer, reculer, prendre de moins en moins de place. Parfois, ils glissent. Ils trébuchent et ils tombent. La plupart du temps, ils se relèvent mais il peut arriver, certaines fois, que la chute soit plus dure, plus douloureuse. Que les ecchymoses restent plus longtemps. Que la blessure soit plus profonde ou mal cicatrisée. Il peut arriver aussi, je suppose, que les conséquences en soient plus difficiles à comprendre, plus dommageables .

Être parent, c’est apprendre à accepter que, au delà d’avoir donné la vie, nous ne sommes que l’accompagnant, celui / celle qui, sans jugement, ouvrira les bras  chaque fois que nécessaire, mais saura se taire quand les paroles, les mots n’auront plus cours / lieu d’être. Celui / celle qui, sans baisser les bras, continuera de croire en ses enfants mais d’un regard, d’un sourire, les encouragera à poursuivre leur route. D’un regard, d’un sourire, leur intimera de ne plus se retourner.

Personnellement, j’ignore encore comment j’y parviendrai. Comment je ferai pour me retenir de courir vers eux, cesser de les entourer de mes bras protecteurs. Ne pas fustiger celui  qui leur aura fait mal. Ne plus essuyer chacune de leurs  larmes. Ne plus pleurer quand ils souffriront. Accepter que tout ne soit pas parfait. Accepter, aussi, qu’ils commettent leurs propres erreurs.

J’ignore à quoi ressemblera ma vie lorsqu’ils seront partis. Comment ferai je pour passer à autre chose? Ou trouverai-je la force de me construire un nouveau quotidien?

J’ignore aussi, surtout, comment je ferai pour cesser d’intervenir dans leur vie, comment je ferai pour m’abstenir de leur donner des conseils. Comment je ferai pour ne plus essayer de tout arranger à leur place.

Oui je l’ignore, mais j’essayerai. Je ferai de mon mieux.

Être parent c’est tout ça. Au delà d’avoir mis au monde, au delà d’avoir aimé sans réserve, au delà d’avoir tout donné, tout sacrifié pour qu’ils soient heureux, qu’ils aient tout ce qu’il faut, c’est apprendre à leur faire confiance, un pas à la fois, une enjambée en entraînant une autre.  C’est aussi, et enfin, accepter que nous ne sommes qu’un petit morceau du casse-tête géant qui remplira leur vie. Un tout petit morceau de leur histoire.

Une histoire qui se répète sans fin … depuis que le monde est monde.

Atlantide

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *